Publié dans Neurones grillés

Inquiétudes, psychottage, paranoïa

Ouh ouh le titre de grosse dingo qui se soigne pas ! Je vous promets direct du lourd en ce dernier dimanche d’août (qui coïnciderait enfin avec le début d’un peu de beau temps à Village Sur Mer, LOL).

Comme évoqué rapidement dans le dernier article, j’étais en mode J1 plutôt désagréable cette semaine. Pour rappel, accouchement en juillet, RDC en décembre, des cycles d’OPK depuis c’est à dire une moyenne entre 45 et 50 jours. Mais des cycles quand même ce qui était plutôt énorme pour moi qui lors de mon arrêt pilule avait du mettre fin à un C3 puis C4 qui s’éternisaient avant de débuter les stims en C5. Depuis l’accouchement, je n’ai pas repris la pilule, par choix. Il ne s’est rien passé puisque comme vous le savez mon Barbu a été plus absent que présent durant tout ce temps.

Bref, j’ai noté le J1 de C6 dimanche dernier (ce qui fait donc 5 cycles en 8 mois pas si mal dans le fond). Samedi soir, cela s’annonçait légèrement par quelques spottings dont je suis très coutumière mais dimanche étant rouge je l’ai compté comme J1. J2 quasi rien, je range mes tampax au placard au profit de serviettes, j’ai alterné en permanence toute la semaine tellement le flux était variable. Mais en gros, comme souvent, pas de flux hyper abondants, pas de douleurs.

Et puis à J4 mon utérus se réveille, le mal de ventre arrive. Super sur l’avant dernier jour de règles. Ou du moins ce que je pensais être l’avant dernier jour. Car depuis mercredi J4 cela s’éternise et le mal de ventre oscille et dure encore aujourd’hui à J8. Côté flux ça a l’air de se finir, un peu de spotting encore.

Mais je ne comprends pas, le mal de ventre est bien caractéristique de l’utérus qui se contracte pour expulser le sang. Normal faut bien que ça se fasse. Mais si c’était suivi d’un flux OK je comprendrai mais là rien de notable alors quoi un mal de bide pour rien ? Et pourquoi ça dure encore à J8 ? La douleur n’est pas invivable, elle me contraint pas à marcher pliée en 2, elle n’est pas permanente, je peux vivre normalement. Mais c’est une douleur profonde que je ressens bien, sur la droite du ventre (j’avais su à l’HSG en 2012 que mon utérus penchait).

Alors pour te tout dire, mon cerveau n’étant pas guéri, les hypothèses n’ont pas manqué de se faire toutes seules :

  • d’abord j’ai eu des aphtes à J3 ce qui m’arrive jamais et la bouche bien irritée donc voyons c’est évident je suis enceinte. Oui j’ai mes règles quand même mais ça arrive hein on le sait. Ça arrive aux autres du moins.
  • et puis avec les douleurs qui sont arrivées mercredi à J4 je me suis dit ah ben voilà en fait je fais une fausse couche c’est pour ça que c’est long et que la douleur dure. En réalité, je ne sais pas précisément quand j’ai ovulé à C5, il y a eu poney je dirais 3 jours avant et une courbe de tempé plutôt merdique ensuite donc, sur le papier, je le sais, c’est pas un cycle en lequel on peut croire.
  • et entre psychottage et parano puisque je ne comprends pas ce que mon corps fait, je poursuis la course aux hypothèses et voilà donc que je pense à l’adénomyose, bagage héréditaire que je risque fort de choper après ma mère et ma grand mère. Ces douleurs peuvent-elles êtres liées ? Aucune idée.

Bref voilà, désolée de vous dire que la grossesse ne guérit ni le corps (hein Miliette) ni le cerveau et que de mon côté, le cerveau fuse toujours aussi bien à la moindre connerie !

Sur ce je m’en vais prendre un spasfon (il serait tant que j’y pense après 4 jours à avoir mal sans rien prendre) et voir ce que le Barbu fait des poires du jardin qu’il est en train de cueillir.

Publicités
Publié dans En dehors de ma caverne, Neurones grillés

Concours de l’été en direct de la banquise

Hop, hop, hop, à mon tour de surfer sur le vent de folie du moment et vous soumettre mes maigres talents pingouinesques ! Pour celles qui n’auraient pas encore été contaminées par la vague, je vous laisse lire la belle initiative de Nounette.

J’avais décidé de jouer dans la catégorie « ne sait pas dessiner » donc ne vous étonnez de rien. L’essentiel c’est bien de participer ! Je me suis inspirée d’un modèle de pingouin sous Gogole images mais sans décalquer (sinon il serait peut être plus beau que ça…).

Je vous présente donc ….. PingouiBarbu au Pays Mystère.

Tadaaaam !

avec message

J’avais prévu de mettre un chameau sous le palmier histoire que cela fasse moins vide mais franchement… je suis trop nulle ! Alors tant pis je vous laisse imaginer le décor, le principal y est : le pingouin, ses genoux et le ballon/bulle !

Pour l’explication du message dans la bulle, il est lié à notre toute récente séparation, 2ème jour sur 34 ! A 34/34 je pourrai desserrer les fesses pour laisser déménager le Petit Habitant…

Publié dans Neurones grillés, Vie imparfaite au pays des Ours

Quand la tension monte

Hier s’est achevé ce qui était un WE de 4 jours avec le Barbu mais ce qui m’a paru être tout sauf un WE. Habituellement en 2 jours, j’ai profité de lui, on s’est reposés, on a passé de jolis moment. Ben là on avait le double de temps et rien de tout ça.

Bon déjà faut dire que jeudi matin, j’ai sorti le Barbu de sa grasse mat pour qu’il constate avec moi le décès de notre ordinateur portable… Le moteur s’allumait mais l’écran était noir. Je te la fais courte, le Barbu supposait que la carte graphique était morte, moi j’ai flippé la perte de tout ce qu’il y a sur le disque dur (comprenant 2 ans de photos de vie d’expats). Finalement disque dur démonté et non mort, un petit adaptateur et on peut le lire sur un autre ordi. OUF ! On va devoir prévoir l’achat d’un nouvel ordi ce qui n’était pas au programme mais au moins j’ai pas perdu une partie de ma vie.

Suite à ça, j’ai quand même continué dans la « catastrophe » le lendemain matin et privé à nouveau le Barbu de sa grasse mat (super mari qui ne t’en tient pas rancune !) en constatant qu’il n’y avait plus d’électricité ! Heu j’avoue, j’aurais pu analyser et réparer la chose toute seule mais j’ai un peu fait ma blonde qui panique sur le coup. C’est en voulant utiliser le grille pain comme tous les matins que j’ai fait sauter le courant de tout l’appart !

Samedi, j’espérais bien fort que la série catastrophe soit finie compte tenu du RDV prévu à LuxeCity avec MmeDouceur. Une mauvaise nouvelle a ce moment là aurait été la pire des choses. Mais tout s’est bien passé malgré une journée très fatigante comme chaque aller retour là bas.

Et enfin hier, sortie le matin qui m’a mise sur les rotules à cause de la chaleur que je ne supporte vraiment plus. Plus en fin de journée le Barbu qui rentre de sa réunion préparative de notre départ du pays avec des nouvelles qui ont été la goutte d’eau de trop. (On va pas rentrer dans les détails ça n’en vaut pas la peine mais j’aurais juste aimé qu’on nous simplifie la vie plutôt que de nous ajouter des démarches pénibles de dernière minute pour faire ce qu’ils n’ont jamais pris le temps de faire depuis 8 mois…)

Entre deux, il y avait les cartons à faire, le problème de l’avion de fin du mois à gérer (= chercher partout ce qu’on a le droit d’emporter comme bagage en taille et en poids), la voiture à vendre (et répondre aux questions débiles de l’indien qui veut bien nous l’acheter mais n’a pas confiance et est aussi mauvais en anglais que le Barbu mais avec tous 2 des façons de parler la langue différentes….)

Bref, en 4 jours, la pression est bien montée, le stress avec jusqu’à parvenir à ce stade là :

L’image illustre aussi bien l’envie de se foutre la tête sous l’eau comme l’autruche pour ne plus rien savoir du monde alentour que le besoin de chialer à cause de la goutte de trop.

J’arrêtais pas de me dire qu’une fois que je serai en France, la sérénité reviendrait de plus belle et que je serai peinard pour finir mon hibernation mais là je doute. Parce que le Barbu ne sera pas encore peinard et que je suis pas suffisamment égoïste pour penser « démerde toi mon amour pour gérer ça sans moi ». Parce que les conditions de fin d’hibernation sont vraiment pas idéales (et je savais depuis le début que ce serait comme ça mais là je commence à me sentir submergée et à avoir peur).

Jusqu’ici j’avais surtout peur de l’après, de la nouvelle vie à gérer et d’un point particulier me concernant qui fait que de basculer dans la vie de maman ne m’est pas anodin (pas envie de rentrer dans les détails donc excusez moi si c’est flou ce que je dis).

Mais là je réalise que l’avant ne sera peut être pas idéal non plus. Et ce qui m’horripile dans le fond c’est  que tous ces parasites qui viennent de la fin de la vie d’expat, des démarches du retour en France ou autre, je suis incapable de les empêcher de m’atteindre. Pourtant depuis le début de l’année j’avais parfaitement conscience de la quantité de choses qu’il y aurait à faire en même temps, j’en ai fait des listes et des tableaux pour m’organiser. Mais là je sens que je commence à crouler sous le stress, la peur de ne pas y arriver.

Et je sens surtout que mon état d’esprit s’en ressent. Que le moindre truc qui ne va pas dans mon sens me met dans un état de stress. Je ne sais pas si on peut attribuer ça aux hormones (un peu facile), à la fatigue mais ouais je me sens devenir invivable. Pauvre Barbu qui dit déjà à quel point je suis chiante au quotidien…

Pour le coup j’aurais bien besoin d’une vrai hibernation… Enfermez moi dans un congélo (au lieu d’y mettre vos bébés) et sortez m’en le 20 juillet, je vous en supplie !! Parce que là sinon tout de suite maintenant, j’ai beau sentir que je suis à la limite de craquer j’ai pas de solution pour tenir le coup.

 

Publié dans Neurones grillés

Quand tu rêves d’accouchement…

Cela fait presque 2 heures que je suis levée mais mon cerveau est encore un peu dans la brume des rêves de la nuit.

Je ne sais plus de quoi je rêvais juste avant le lever mais dans le rêve qui a précédé dans la nuit, lui, je m’en souviens bien ! Il est court en plus alors ce sera parfait pour une fois pour ne pas faire un billet à rallonge ! 😉

Dans ce rêve, j’étais à table chez un couple d’amis de mes parents. Il y avait donc ce couple, mon petit frère, le Barbu et moi. Et dans mon verre d’eau, il y avait une multitude de petits poissons…. L’un d’eux était plus gros, c’était une femelle et … elle était en train d’accoucher ! On voyait nettement le bébé poisson sortir de son derrière. Il y a eu 2 naissances. Toujours dans mon verre, sur la table où nous étions installés pour le repas de midi…

Comme tout accouchement, en plus du bébé poisson qui est né il y a eu je ne sais quoi, placenta, sang appelons le comme on veut (je ne connais rien à la reproduction des poissons) mais en tout cas l’eau est bien vite devenu dégueux.

C’est donc mon petit frère qui a emporté mon verre, le lot de poissons avec la mère et ses petits pour les transvaser dans un contenant plus gros et à l’eau propre.

Donc voilà, cette nuit j’ai rêvé d’accouchement. Me v’là un peu plus préparée pour le grand jour à présent !! Merci les rêves, vous m’apportez tellement.

Publié dans En dehors de ma caverne, Neurones grillés

Si ta belle mère était un paquet de Pitchs…

Ouh là là là là mais qu’est ce que c’est que ce titre ? Oui tu as le droit de te poser la question en arrivant ici. Rien de méchant promis (pour une fois),  juste un petit jeu inspiré par l’actualité.

L’actualité c’est NOTRE actualité à nous blogueuses Pmettes, les sujets phrare, les sujets chaud bouillants du moment sur nos blogs. On a pas mal causé de Pitch, merci Miliette et on cause aussi de belles mères chez Miss K.

Ben moi, j’aime bien les sujets du moment surtout surtout quand ils n’ont rien à voir avec le pourquoi de nos blogs ou si peu. Ouais quand même, le sujet de base c’était la PMA donc à moins que la stimulation hormonale de demain se fasse sous coma hyper glycémique de Pitch ou que les transferts d’embryon soient à présent réalisés par les belles mères (avoue que tu en rêves), y a pas de lien !

J’ai inventé une petite distraction à la con pour celles qui n’auraient eu l’occasion de parler ni de l’un ni de l’autre (Belle mère ou Pitch NDLR).

Au passage pour Biquette qui avait un peu peur de savoir ce qu’est un Pitch, illustration en direct live de Google Image :

Bien et maintenant, jouons à avoir beaucoup d’imagination…

Si ta belle mère était un paquet de Pitchs, à quel parfum serait-elle fourrée et quel cadeau surprise renfermerait-elle ? Sujet libre, ta réponse en autant de lignes que tu le souhaites en commentaire !

T’as le droit d’orienter le sujet au gré de tes envies à savoir version « je kiffe ma belle mère », « je hais ma belle mère » ou même « c’est quoi une belle mère? ».

Et puis si t’es toujours pas trop inspirée, le hors sujet fera également parfaitement l’affaire et la belle mère peut alors être la mère tout court.

A ton clavier ! Je ramasse les copies à la fin de la semaine ! 😉