Publié dans Elles, La vie, Les autres

Préparer la rentrée

Hier, j’étais gracieusement convoquée par la directrice de l’école maternelle qui va accueillir la Grande Ourse. Oui convoquée parce qu’elle est déchargée de sa classe les lundi donc c’est le seul jour où elle accueille les parents et puis, bien sûr, sur les horaires de classe donc tu poses un congé et puis tu te tais ! Je suis jamais au boulot en ce moment donc disons que je ne suis plus à ça près… Je me suis quand même dépêchée d’accepter le créneau parce que les dossiers d’inscription étaient dispos en mairie à partir du 24/04 (avant si tu veux te soucier de la rentrée de ton gosse c’est TROP TÔT !) et ensuite si tu retires tous les lundi OFF de mai, juin,  il reste plus grand chose !

On parle de l’école avec la Grande Ourse depuis plusieurs mois, le sujet étant énormément associé au port de petites culottes. Elle était donc ravie d’y aller.

On est accueillies par la directrice, la petite cinquantaine je pense, vraie coupe de cheveux de maîtresse. Ou absence de coupe de cheveux si tu préfères, une longueur bien droite, une frange bien sèche bref tu vois, pas moderne, pas stylée.

Echange dans son bureau où je peux poser mes 36 questions. A côté de moi, la Grande Ourse avait envie qu’on se soucie d’elle, elle a donc balancé le nom de sa sœur, très important ça, même la dame qui attend aux caisses derrière nous DOIT savoir ça. Puis, comme la discussion d’adultes ne l’intéressait pas, elle a profité des jouets présents dans le bureau. J’ai essayé de la faire se tenir tranquille, lui ai dit à 2-3 reprises de ne pas faire de bruit, l’ai rouspétée quand elle a voulu jouer avec un ballon. Honnêtement, pour une petite fille qui n’a pas encore 3 ans, elle était sage (bien sûr OK c’est mon jugement de maman). On peut pas lui demander de faire le piquet sur sa chaise non plus… Ceci dit j’ai vraiment trouvé la directrice un peu agacée et assez rigide. Genre, on quitte le bureau il faut remettre les jouets dans le bac alors qu’elle les a trouvés sur le bac quand elle est arrivée… Heu …. hein….

A plusieurs reprises dans l’échange, je faisais le parallèle entre le fonctionnement crèche et école car oui pour moi il y a des similarités. Mais je crois que ça lui a pas plu, elle m’a sorti en réponse plusieurs fois que ce n’était pas le même encadrement (ils sont moins nombreux).

Il y a un truc qui m’a agacée dans cet échange c’est le ressenti que j’ai eu qu’on va coller ton môme dans un moule, qu’il devra faire comme ci, comme ça et pas autrement. Oui OK, la vie en société a besoin de règles mais bordel ces enfants ont 3 ans… En plus du côté rigide de la directrice, je l’ai trouvée absolument pas intéressée par ma fille. Ma merveilleuse et fabuleuse Oursonne quoi bordel ! Je m’attendais à mieux d’un professionnel de l’enfance. Même la doc de SOS Médecins vue il y a 10 jours et la doc remplaçante vue la semaine dernière pour la Petite Ourse (oui je passe ma vie chez le médecin…) se sont toutes deux intéressées à la Petite Ourse, ont pris sur leurs quelques minutes de consultation pour écouter ce qu’elle racontait.

Forcément du coup ma Grande Ourse est pas ressortie de là enthousiaste. Même si elle me disait ce matin qu’elle va aller à l’école encore, la visite lui a fait ni chaud ni froid !

Pour moi ça m’a même plutôt fait froid que chaud. Je pense pas être mère poule, l’entrée à l’école ne m’angoisse pas mais c’est un cap à passer pour l’enfant et je m’en soucie pour que cela se passe en douceur et au mieux pour la Grande Ourse car c’est un changement de vie majeur. Là j’ai été plutôt déçue par les lieux vieillots, la salle de classe où il faut slalomer entre les meubles, où tout est chargé, il n’y a presque pas d’espace pour respirer. Les sanitaires sont à l’ancienne avec les drôles de fontaines à eau ronde. Et le PQ marronnasse rêche à l’ancienne aussi. Bordel depuis 30 ans on a toujours autant le droit de se râper le c*l ?!?! Je n’ai même pas vu voir les dortoirs car il y avait encore des enfants (fin de sieste à 15h et il était 15h30… mais on ne réveille pas ceux qui ne sont pas réveillés).

Il y a 5 classes avec là encore une grosse incompréhension :

  • une classe tous petits / petits où il y a les enfants de 2015 donc qui rentrent « tôt » à l’école et des 2014 plutôt de fin d’année
  • 2 classes petits /moyens
  • 2 classes moyens / grands

La Grande Ourse étant de juillet elle est entre 2, pas vraiment de fin d’année mais pas dans les vieux 3 ans non plus. J’ai dit que je ne la voulais pas avec les tous petits car elle est en crèche avec des plus grands. Normalement elle a peu de chance d’y tomber mais … on me garantira rien quoi !

Je trouve le concept des classes double niveau assez naze mais comprenez avec les effectifs ils peuvent pas faire une classe de 20 et une de 30 donc on mixte les niveaux et les enfants. Et ils répartissent les moyens en fonction du niveau de bavardage pour garder un minimum de calme. Sachant que, à ce jour, ils n’ont AUCUNE connaissance du nombre d’enfants qui seront inscrits genre elle peut pas dire, j’ai 27 enfants qui font leur première rentrée en maternelle. Notre commune a 2 écoles maternelles et les enfants sont répartis en fonction du lieu d’habitation mais il y a aussi une zone de la ville qui est zone tampon et où les enfants peuvent aller dans l’une ou l’autre des écoles en fonction de la répartition globale. Bref hyper simple ! Donc fin juin début juillet, ils font un pré listing des classes. Fin août, ils le refont car, soit disant, ça bouge beaucoup pendant l’été (style ?!) et la constitution des classes sera affichée le vendredi avant la rentrée.

Si la Grande Ourse va bien dans une classe petits/moyens, sa maîtresse sera soit la directrice elle même (cooool) soit une autre. Bien sûr, il faut habiller l’enfant « facile à faire tout seul » donc exit lacets, ceintures. Bien sûr s’il est malade il dégage rentre à la maison. Elle te parle alors des personnes qui peuvent venir le chercher; « les grands parents ». Ben non, on a pas de grands parents à côté nous et puis quand bien même malheureusement ce ne sont pas des vieux croûtons et ils bossent encore ! Pourquoi ça parait encore tellement ancré dans les habitudes en 2017 que l’enfant malade aille chez les grands parents ?! Et chers parents qui avez déjà des enfants scolarisés, comment faites-vous ??? Moi quand j’ai dit ça au Barbu, il a dit « on est pas dans la merde ». Oui ça résume tout !

Bref, on prépare la rentrée. Et c’est un vrai plaisir…

Publicités

55 commentaires sur « Préparer la rentrée »

  1. Dois-je te parler des grèves ou pas tout de suite ? 14 grèves de cantine sur ma commune où tu dois récupérer ton gosse de 11h45 à 13h45 j’ai bien cru disjoncter.

      1. Je te rassure : pas de grève de cantine dans mon école 😉
        Elle n’a pas l’air très souriante ta directrice
        Courage pour la rentrée, tu as encore quelques mois pour te préparer

        1. En me prostituant auprès de toutes les âmes un tant soit peu charitables mais ça a été l’enfer à gérer. J’avais vraiment la haine.

  2. Entre les enfants malades, les profs malades, les grèves et les journées pédagogiques… on envisage le privé car pas possible pour nous de cumuler ces absences…
    Courage pour ta Grande Ourse, la maîtresse a pas l’air sympa du tout… et courage à toi pour rester calme 🙂

      1. ça mors et ça griffe, fait pas semblant d’être zen !
        blague à part, c’est pour ça que j’avais sorti Starsky de la garderie, je me suis dit que j’allais pas m’imposer une directrice relou avant que ce soit obligatoire…

        1. Mais bordel, avant d’imposer « artificiellement » une parité dans les entreprises, faudrait peut-être penser à régler les problèmes à la base. c’est dingue!

        2. ça se passe comment chez vous Biquette dans ces cas là ?
          De ce que je me souviens quand on était mômes on était accueillis et répartis dans les autres classes (donc pas vraiment à travailler puisque sections différentes)
          Mais j’ai une grosse expérience pas du tout positive des profs remplaçants, genre le prof de chimie au lycée que j’ai pris en grippe à fond car faisait des cours torchons dégueulasses truffés de faute. J’ai appris le dernier jour de son remplacement qu’en fait ce monsieur était chimiste dans son pays, pas prof pour un sou et … ne parlait pas français 6 mois avant !!!!

        3. L’école est obligatoire donc dans tous les cas les enfants restent pris en charge. Pour des absences courtes ils peuvent être répartis dans les classes ou un enseignant « disponible » (le directeur de l’école par exemple) peut prendre le relais. Un remplacement est mis en place àpd de 6 jours d’absence du prof malade.

        4. Chez nous aussi elle est obligatoire. Après je sais pas ce que disent les textes sur l’accueil quand le maitre est malade.

        5. même 1 semaine ou 3 jours, ça complique vachement la conciliation boulot / famille, et comme souvent dans ces cas là ce sont les mamans qui sont mises à contribution et dont les carrières trinquent.

        1. Je comprends votre colère, mais rappelez-vous que c’est l’éducation nationale, l’administration, qui gère (mal, souvent) les remplacements et que ce n’est pas la faute des enseignants. 😉

          Exemple, je vais être souvent absente l’an prochain avec le retour en PMA. Je suppose que vous faites passer votre vie perso avant votre boulot? Et bien moi aussi. Même si je suis maîtresse. J’ai quand même le droit de tenter de faire un 2ème enfant, non?

          Autre exemple, ma collègue a dû abandonner sa classe plusieurs fois cette année car son enfant de PS (scolarisé dans une autre école) était malade… Alors elle doit lâcher son boulot, tout comme vous. Courir chercher son enfant car l’école ne peut pas le garder. Tout comme vous. L’emmener chez mamie/nounou et retourner en classe sur les chapeaux de roue. Ou si personne de dispo, rater une journée de travail. Tout comme vous. Et culpabiliser. Tout comme vous peut-être.

          Et oui les maîtresses sont des êtres humains et des mères de famille aussi… Elles font ce qu’elles peuvent!

        2. Je n’ai aucun problème avec le fait que les maîtresses aient une vie personnelle, je souhaite seulement que l’éducation nationale / l’ecole en tant qu’institution prenne en charge mon enfant durant ces absences. Un système de garderie me convient parfaitement.
          Sinon, c’est la double peine pour les parents, absences du fait des maladies de leur enfant, absence du fait des maladies des profs, absences du fait de la PMA… Et toujours la même charge de travail à rattraper le soir et le week-end et le même nombre de jours de vacances et de RTT.

        3. Mais je ne suis pas en colère pour autant, j’ai juste envie d’avoir le choix de mes jours d’absences tout comme vous.
          L’ecole privée à côté de chez moi propose une garderie pour ces absences et ça me va bien.

    1. Franchement, ma fille était scolarisée en PS dans le public à Paris cette année (Paris XIV) et je trouve ce tableau parfaitement injuste : la maîtresse a été absente deux fois (dont une fois quatre semaines), pour des raisons de santé tout à fait légitimes et on n’a jamais eu aucun problème de garde : les enfants étaient accueillis quand même, répartis dans les autres classes parfois mais généralement il y avait un remplaçant. La directrice s’est bougée à chaque fois pour trouver des solutions. Il y a eu un jour de grève où ils ont quand même accueilli les enfants dans certaines classes et, enfin, aucune journée pédagogique. Pas le peine de dénigrer le public pour se justifier d’aller dans le privé. Chacun fait son choix, chaque choix est légitime, mais c’est de la diffamation de dire que l’école publique ne prend pas les enfants en charge quand les enseignants sont absents (sauf cas particulier de la cantine).

      1. Je pense que chaque école est différente. J’ai fait une excellente scolarité dans le public sur Paris. Mais mes amies qui ont des enfants scolarisés dans notre quartier font des pieds et des mains pour leur trouver une place dans le privé et me recommandent de la mettre tout de suite dans le privé afin d’avoir une place. Par ailleurs selon où on habite, les sectorisations de lycée sont devenues compliquées pour les non boursiers à Paris. Personnellement, nous sommes dans le quart nord est et aucune envie que ma puce prenne le métro tous les matins pour aller au lycée à la goutte d’or…

        1. C’est ce que je disais dans mon commentaire : le privé est un choix éminemment respectable, qu’on peut faire pour plein de raisons toutes plus légitimes les unes que les autres, mais il est inutile de faire de faux procès au public pour se justifier d’y aller. En l’occurrence, les enfants sont accueillis dans le public même quand les enseignants sont absents. Et je connais bien le pb des sectorisations de lycée dans le public car je suis prof en prépa.

        2. Je maintiens que si on choisit le privé c’est avant tout car le public est défaillant. Sans les retours de mes amies qui ont scolarisé leurs enfants dans l’école publique du quartier, j’y aurais mis Starsky sans me poser de questions.
          Pour rentrer dans le concret, j’ai une amie dont le fils a eu 5 institutrices différentes en PS (très rassurant pour les petits qui passent du cocon de leur nounou au grand bain de l’école) et une autre amie, mère célibataire dont les parents ne sont pas à Paris qui n’arrivait plus à suivre les journées off pour causes diverses et qui a passé son fils dans le privé malgré l’impact financier lourd pour elle.
          Nous sommes peut-être particulièrement mal lotis dans le centre car il y a très peu d’enfants et que des classes ferment chaque année.
          Et la nouvelle sectorisation des lycées est quand même un problème je trouves. Quand j’étais au collège dans le 13e, on avait accès aux grands lycées, ma fille n’aura pas cette chance, elle pourra éventuellement d’entrer à Charlemagne si elle est la meilleure de sa classe.

  3. Renseigne toi sur l’autre école du privé – c’est clair que ce n’est pas évident quand les grands parents ne sont pas à côté. Elle a dû faire cette remarque car c’est souvent le cas, je le vois dans la famille du biquet, les grands parents sont toujours sollicités pour les gardes et les maladies

    1. Mon ancienne nounou m’a justement dit tout à l’heure que l’école privée est encore pire, le public c’est du luxe à côté. C’est bon du coup la comparaison est toute faite ! On va pas payer pour un endroit mal chauffé où les robinets fuient.

  4. Toute les écoles publics ne sont pas nuls , il y a des super maîtresse ( Cômme koala) Mais en France Cest Cômme poir la santé et la pma Cest la loterie de la ville ou tu es … ici on a demenage il y a une semaine dzns notre nouvel achat choisit aussi car l’école de proximité est genial … et que l’on a la vue mer 🌊😂😂

    1. Si tu me relis je n’ai absolument pas dit que les écoles publiques étaient nulles juste que je ne m’attendais pas à ce que celle de ma commune soit vieillissante.
      Et d’ailleurs, j’ai même pas évoqué un coté pro privé ni même parlé d’aller comparer avec une autre école donc attention à pas déformer mes propos.

      1. Je répondrais surtout à tes différents commentaires en réponse à ton article ( je sais pas si ma phrase est clair 😱) Mais quoi qu’il arrive elle a l’air naze cette école en tout cas sa directrice

  5. Pas cool de ne pas avoir un bon feeling je te comprends. J’espère que ce n’est qu’un mauvais 1er entretien avec la maîtresse et qu’elle est plus pédagogue et agréable au quotidien… Après, rien n’empêche de regarder ailleurs si ton ressenti est vraiment trop négatif…

  6. Hé ben, ça fait envie!!
    Tu n’as pas une autre école sous la main? Si celle là t’emballe vraiment pas, regarde ailleurs, ça se fait de demander des dérogations. Courage!

  7. Effectivement, ça vend pas du rêve… Si je comprends bien, tu n’as pas la choix de l’école publique où tu mets ton enfant? Faudra pas que t’oublies de filer une gourde d’eau à l’Oursonne (en plus des vêtements faciles :-p ).
    Lors de la visite de la crèche de mini-B, nous avions trouvé la responsable sèche, revêche et plus attachée aux points administratifs qu’affectifs. Au final la petite a super accrochée avec elle et c’est de très loin sa puéricultrice préférée (à moi j’avoue qu’elle fait toujours peur). J’espère qu’il en sera de même pour cette institutrice/ directrice et ta grande Ourse.
    Boréal, rentrée 2017, mais où sont nos bébés?

  8. C’est sûr que vu le rendez-vous que tu as eu, ça fait pas envie…
    Je te rejoins complètement sur fait de faire rentrer les mômes dans un moule, ça me désespère un peu, et c’est une des raisons principales pour lesquelles j’aurais vraiment aimé mettre ma fille dans une école avec une pédagogie un peu plus personnalisée (type Montessori ou autre, mais où l’individualité des enfants est réellement prise en compte), mais bon entre ce que ça coûte et le fait qu’il n’y en a pas à moins de 30 minutes de transport… le choix est vite fait!
    Par contre le double niveau peut au contraire être pas mal du tout : les petits apprennent des choses en regardant les plus grands, les plus grands peuvent transmettre aux plus jeunes; en tout cas, quand tu lis Céline Alvarez, ça fait bien envie… mais bien sûr, tout dépend de la façon dont c’est géré!!
    Bon j’espère qu’au final la vraie découverte de l’école en septembre sera pleine de belles surprises pour ta fille et pour toi.

  9. c’est vraiment dommage de ne pas avoir le feeling avec la directrice de l’école où ton enfant va passer une grande partie de son temps les prochaines années. J’espere que l’oursonne sera dans la bonne classe avec une institutrice un peu moins rigide.

  10. Bon alors je te rassures de suite. Mon fiston n’a pas du tout été sage pendant ce rdv avec le directrice. Il a touché à tout, tripoté tout ce qu’il voyait, y compris le bateau en papier en guise de décoration sur une commode. RIP le bateau… Bref, j’étais hyper gênée. Par contre la directrice n’en a pas été déboussolée. Elle a bien mieux géré que moi. Elle l’a occupée avec des dessins. On n’avait pu voir que le préau et le réfectoire. Dans les salles d’eau, on a aussi les fontaines à eau. Par contre l’école est top, moderne, spacieuse. Il y a également des classes par niveau. Plumeau est dans une classe Petits-Grands. J’étais sceptique mais finalement je trouve cette organisation pas mal.

  11. Moi aussi j’ai un peu flippé en visitant l’école où ira K. Les salles de classe m’ont aussi semblé toutes petites, le dortoir n’en parlons pas. La directrice ne m’a pas fait grande impression… Bref. Mais je pense aussi que les enfants ne voient pas tout ça : à leur échelle la petite salle ne le sera pas, la maîtresse sera un modèle, et j’attends de voir avec curiosité les copains / copines et les activités qu’ils feront.

  12. Elle n’a effectivement pas l’air très accueillante la directrice…
    Juste pour la défendre un peu (oui oui, je suis maîtresse moi aussi…) Tu sais nous ne sommes payé pour nos réunions / rdv parents que dans le cadre de 108h. Qui sont très vite dépassées entre les réunions pédagogiques, celles d’équipes, les conseils d’école, les rencontre parents, etc…
    Au delà des 108h, c’est du bénévolat. Les heures supp ça n’existe pas dans l’éducation nationale, même si tu restes tous les soirs jusqu’à 18h…
    Mais je comprends que ça soit pénible de devoir poser un congé pour ça.
    Pour les cours doubles, c’est très très courant, et bien souvent (en élèm du moins) on ne le fait pas de gaieté de cœur, mais parce qu’on n’a pas le choix. Cependant en maternelle c’est plutôt pas mal d’avoir des MS avec des PS car ils connaissent déjà l’école, connaissent les codes, guident les PS.
    Et oui, ça peut bouger pendant l’été, c’est comme ça que tu te retrouves à faire un conseil d’école extraordinaire mi-août, toujours bénévolement, pour refaire les répartitions, c’est du vécu…
    Bref, ta fille va peut-être adorer sa maîtresse, j’espère en tout cas. Et que la rentrée se fera sereinement.
    Grib, une maîtresse qui s’estime moderne et qui n’a pas de frange… 😉

  13. Ne m’en parle pas, l’école c’est déjà pour moi un vrai casse tête !
    4 mois que j’essaie par tous les moyens d’y inscrire ma fille sans succès…Parce que nous avons vendu notre maison, et que je veux l’inscrire là où nous avons acheté un terrain mais comme on n’a pas de justificatif de domicile, la mairie refuse de l’inscrire !
    Donc je me prends la tête à longueur de journée, et Poupinette n’est toujours inscrite nulle part. Autant te dire qu’avant même d’avoir rencontré la directrice, l’école me file des boutons !

  14. Ici, visite en groupe. Pas pu poser toutes les questions de mère angoissée.
    On angoisse pour l’entrée en maternelle, le début de la scolarité, des notes, classements et une angoisse permanente pour l’avenir de nos petits bouts. Profitons de ces derniers mois d’innocence.

  15. J’espère que tu seras agréablement surprise à la rentrée du coup… Mais elle n’assure vraiment pas la directrice, je trouve ça nul d’accueillir ainsi les enfants.
    Bisous

  16. Mouais pas top la directrice à priori, du moins au premier contact. Et le fait de demander aux enfants de rentrer dans un moule ça me hérisse aussi, perso je n’ai jamais réussi à y rentrer…
    Par contre pour la classe à plusieurs niveaux no stress, comme ça a été dit plus haut, pour les enfants c’est souvent du bonus ! 😉
    Et non, on ne met pas un enfant malade à l’école, oui c’est compliqué pour le parent, mais si chacun gardait les microbes chez soi on aurait moins de problème d’épidémies (parce que si toi tu mets ton gamin malade à l’école il peut contaminer les copains… mais l’inverse est vrai aussi, c’est un cercle vicieux, et la maîtresse et/ou l’atsem ne sont pas épargnées par les maladies) et puis en plus quand nous on est malade on a qu’une envie c’est de rester chez soi parce qu’on est pas en état de faire quoique ce soit… un môme c’est pareil.

  17. Je rejoins Choco – not, tu vas devoir chercher un mode de garde pour les maladies qui ne manqueront pas (varicelle, gastro et autres joyeusetés). Quand un gamin souffrant est scolarisé, il est mal et il risque de contaminer les autres (pour l’anecdote, j’ai connu des parents qui n’ont gardé leur fils que 3 jours à la maison pour la varicelle…résultat, surinfection et arrêt d’un mois) L’école maternelle n’est pas une crèche bis, le personnel est moindre et les attentes en matières d’apprentissage différentes. Tout ira bien, ne t’inquiète pas !

  18. Je n’ai pas lu tous les commentaires mais je rebondis sur certaines phrases au passage: en effet les enfants n’ont pas la même vision que nous, elle se sentira peut être très à l’aise. Pour les double niveaux mon fils a fait ses 2 premières années de maternelle en triple niveau et actuellement il est en classe CP/CE2. Et finalement c’est la maîtresse qui a un gros boulot d’organisation mais pour les enfants ils font beaucoup d’activité en petit groupe donc c’est pas mal! Par exemple en petite section la maîtresse prévoyait le même thème de travail pour les 3 niveaux. Elles les rassemblait tous pour leur en parler puis séparait chaque niveau pour faire un « exercice » adapté à chacun. Et les petits ont un ATSEM qui les bichonne aussi.
    Quand aux grèves, je ne sais pas si c’est parce que je suis dans une petite commune mais je n’ai jamais eu de soucis. Et pour les maladies, ben au final c’est un peu pareil qu’à la crèche alors…. bises

      1. Dans la réalité, l’enseignement pas mal même si un peu vieillot des fois, un effort constant de la maîtresse qui essaye tout de même d’apporter quelque chose de ludique et sympa aux enfants donc soulager mais à l’éducation nationale il faudrait revoir des choses…

Socialisez avec l'Ourse : laissez un com' !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s