Publié dans Avec le coloc

Le joli séjour à la maternité

Je sais pas si tu l’auras senti en voyant le titre mais oui, évidemment, il y a de l’ironie inside. Beaucoup même.

Je vais faire par thème et non dans l’ordre chronologique des événements car je n’ai rien noté et fais l’article directement sur base de mes souvenirs.

  • Les repas

Commençons par un thème très essentiel, la bouffe ! Avec la petite illustration spécialement pensée pour vous. Chose surprenante, alors que j’étais en salle d’accouchement (si, si tu as bien lu salle d’accouchement avant la ponte donc), accrochée à mon monitoring, une dame vient me voir pour me demander ce que je prends au petit déjeuner. J’ai bien tout indiqué, elle a noté. Puis une paire d’heures plus tard, j’arrive en chambre avec ma Petite Ourse dans son berceau. Et l’équipe … me demande ce que je prends au petit déjeuner ! Bravo les nanas. Je ne me suis pas gênée pour lancer la petite pique « on m’a demandé tout à l’heure vous avez pas eu l’info ? » et les nanas de rester bouche bée…

On me demande si j’ai faim à ce moment là. Ben pas qu’un peu ma brave il est peut être 23h largement passées mais vu les heures intenses qui viennent de s’écouler je veux bien remplir le gros bide tout fraîchement vidé. On me dit que j’aurais du chaud s’il reste, sinon ce sera plateau froid. Super le plateau froid, ça me tente moyen mais heureusement j’obtiens le chaud. Et voici la première rencontre avec les plateaux de la clinique : déshydratés et aux quantités plus que légères. Avec le bon petit potage typique chaque soir, slurps !

Forte de l’expérience de mon premier passage dans une autre maternité, le lendemain, dès l’arrivée de l’équipe de jour je demande comment cela se passe pour les repas. Pour rappel, c’est à J3 après la naissance de la Grande Ourse que j’avais appris qu’on pouvait demander autre chose si besoin dans les plateaux. Car allaiter un bébé et se remettre d’un accouchement avec une portion de légumes pas très généreuse c’est un poil dur. Surtout avec la jolie brochure que l’on te remet à côté pour ton allaitement qui te dit de manger des féculents !

Et là, surprise lorsque je demande : ah bon on vous en a pas parlé encore ? Visiblement c’est censé être systématique à l’arrivée en chambre. On m’envoie donc la personne en charge des repas qui me présente les menus des jours à venir et m’explique comment on peut virer un aliment et choisir autre chose à la place. Et RIP les potages !! Comme ci-dessous j’ai préféré l’œuf mayonnaise ou autre crudités. Les repas étaient un peu plus intelligents que dans la 1ère clinique avec toujours le midi un féculent et un légume. Et le soir des assiettes par contre bien légères.

20160717_181032

Dernier détail : les horaires. Surprise le 1er jour, il est 18h, nous venons de finir notre goûter avec la Grande Ourse venue faire connaissance avec la petite sœur et … le plateau repas arrive ! Avec les poules, typique des cliniques. Mouais alors j’étais embêtée car attendre pour manger = repas froid mais manger devant la Grande Ourse = risque de crise de la deuzans de me voir manger seule. Et le petit déjeuner lui n’est servi qu’à 8h voire 8h30. Ben allez tenir aussi longtemps avec un plateau comme ça ultra léger. Du coup merci les chips vers 20h et les pitchs en complément du petit déj.

  • Les gynécos

J’ai vu un gynéco dès le samedi matin. Drôle de rencontre, le mec arrive, s’installe sur le fauteuil avec sa pile de dossiers, se présente et me demande si on se connait. Heu ben non tu vois j’étais pas suivie à la clinique pour la durée totale de la grossesse et ai préféré (grand bien m’en fasse) une de tes collègues pour les 2 derniers RDV. Puis il me demande si ça va, si je suis heureuse de la venue de ma petite fille. Ben ouais. Et … basta. Je me suis demandé (et me demande encore) très très fort à quoi il servait ce type.

Le lendemain, dimanche, pas de passage, on déconne pas avec les jours fériés. Le dimanche soir, sous canicule, séparée de ma grande fille et de son papa, mangeant mal, dormant à peine mieux, je demande à sortir le lendemain. Lundi matin, la gynéco passe donc pour l’échange nécessaire avant la sortie. J’émets à au moins 2 reprises le souhait que l’on regarde mes points qui me font souffrir. Elle ne s’en occupe pas, c’est le job de la sage femme. Ben tu sers à quoi toi alors ? Elle me fait mes ordonnances pour la sortie, me parle contraception et je choisis donc le préservatif en attendant de voir ma gynéco pour qu’elle me conseille dans le meilleur choix pour moi.

Je lui parle surtout de ma thyroide. Pour rappel j’avais déjà demandé au RDV du 9ème mois à la gynéco ce qu’il fallait faire avec le dosage de Lévothyrox qui est augmenté pendant la grossesse et qui est à rediminuer après. Et elle m’avait dit « oh on verra ça à la maternité ». Well, well, j’ai rongé mon frein et là… « Oh ben il faut gérer ça avec la généraliste c’est elle qui sait ». Ouais merci de votre aide ! Et pour info la généraliste n’a pas suivi du tout le problème de thyroïde pendant la grossesse car fort heureusement ma gynéco de ville s’en occupait très bien ce qui évite de creuser le gouffre de la sécu. J’ai donc consulté ladite généraliste quelques jours plus tard qui a levé les yeux au ciel quand je lui ai expliqué que la gynéco ne voulait pas s’en occuper.

  • Les puer

Dans la clinique où j’ai accouché, le bain des bébés se fait en chambre. Et il faut donc attendre que la puer arrive dans ta chambre une fois qu’elle a fini avec le bébé d’à côté. Résultat tu es coincée dans ta chambre toute la matinée à attendre bêtement sans pouvoir gérer en fonction du rythme tétée / sommeil de ton bébé. Pour la Grande Ourse, nous nous rendions à la nurserie donner le bain à l’heure qui nous convenait et l’équipe était sur place, on était juste prévenus des heures d’affluence. J’avais bien aimé; la pièce pour le bain était très chouette et l’organisation me convenait. Là bof. Sur les 3 matins on a eu droit 2 fois en plus à la puer qui avait eu un coup de chaud à se dépêcher de venir et … merci pour nos nez quoi !

En dehors de ça pas grand chose à dire sur les puer avec qui les échanges ont été quasi inexistants. Il y avait la possibilité de mettre le bébé à la nurserie la nuit quand même et cela est bien agréable pour aligner quelques heures de sommeil. J’y ai eu recours à 2 des 3 nuits passées sur place

  • La pédiatre

On rentre dans le lourd du sujet attention. Comme pour le gynéco, Petite Ourse a vu la pédiatre le samedi et, pas de passage le dimanche. Le samedi a eu lieu l’examen basique, RAS.

Le lundi, c’est la même pédiatre qui apprend que je demande à sortir. Problème, la Petite Ourse n’a 3 jours que le lundi soir à 20h et on ne laisse pas sortir les bébés avant leurs 3 jours et surtout on les garde jusqu’à ce qu’ils aient fait le test de Guthrie. Or, vu l’heure de naissance de l’Oursonne, ce test est prévu pour le mardi matin.

Bref, lundi matin la gynéco et la SF sont OK pour me laisser sortir mais disent que la décision finale reviendra à la pédiatre en fonction du poids de la Petite Ourse et de ma montée de lait. On me prévient que ce n’est pas la plus souple des pédiatres pour les sorties anticipées. Ce n’est pas peu dire vu ce qu’il s’est passé ensuite !

Une fois la puer enfin arrivée en chambre pour le bain, la pesée de la Petite Ourse fait apparaître -20g par rapport à la veille. Elle n’a donc pas repris de poids mais 20g de moins en une tétée on était bon quoi… La puer transmet les infos à la pédiatre et revient me voir en début d’aprem. « La pédiatre vous laisse pas sortir ». Heu pardoooonnn ? Et elle vient pas me le dire elle même, je peux pas échanger avec elle ? La puer botte en touche, pas envie de se faire pourrir par une maman, elle me sort ben je vais lui dire.

Le temps passe et la pédiatre débarque. Avec une tête bien fermée, agacée. Je suis directe et lui sort que je n’apprécie pas qu’on ne me laisse pas sortir sans venir me l’expliquer, sans avoir ausculté la Petite Ourse. Cette auscultation n’aura d’ailleurs jamais lieu, la Petite Ourse devait avoir Guthrie et visite de sortie le mardi, il n’était donc pas question qu’elle s’occupe d’elle.

Les arguments de la pédiatre sont pourris à souhait (désolée j’interprète). Elle n’a pas besoin de voir la Petite Ourse, la pesée suffit et puis ma montée de lait n’est pas faite. Dois-je préciser que PERSONNE ne s’est soucié de mes boobs jusque là et n’a regardé si j’avais du lait ? Ou regardé le rythme des tétées ? Ou comment la Petite Ourse prenait ou non ? Sur ce point comme lors de la naissance de la Grande Ourse, mise en place de l’allaitement on s’en fiche, la mère se démerde, c’est pas leur souci. Et dire qu’on a encore cette pression monstre sur les épaules du « il FAUT allaiter ». Ouais… gros débat, on va pas se lancer là dedans aujourd’hui.

J’explique à la pédiatre MON point de vue aka :

  • elle a presque 3 jours
  • elle va bien
  • notre famille est séparée et je me fais chier à la mater
  • il fait horriblement chaud et j’étouffe dans leurs 9m²
  • je n’habite pas loin
  • on revient sans souci pour le Guthrie le lendemain
  • c’est mon 2ème bébé

La pédiatre s’en FOUT ! Il peut se passer n’importe quoi d’ici au lendemain, on ne fait pas sortir un tout petit bébé, patati patata. Effectivement il peut se passer n’importe quoi pour un bébé à J3 mais à J7, 11 ou 13 aussi hein… Et puis, le bien être moral de la mère, elle s’en fiche comme de ses premières chaussettes. Et dire qu’il faut faire attention au risque de baby blues, on est bien là avec un discours de sourds comme ça. La nana est vraiment con, fermée, furax, froide, échange impossible… Je finis donc par dire que je sors contre son avis, que je signe une décharge.

Cela sera fait. Sous témoin (la sage femme de garde)… on se couvre au max. Et, cerise sur le gâteau, mention faite dans le carnet de santé ! Genre ma fille aura besoin dans 30 ans qu’on lui rappelle que sa mère a été une folle inconsciente de sortir avant qu’elle n’ait 72h. Rappelons nous des pays comme celui où j’ai été expat qui renvoient les mères à la maison à J1….

Elle nous impose de faire le Guthrie à 14h le lendemain à la nurserie. Et… pas de RDV pédiatre de sortie, on se débrouille avec la généraliste. Ben genre dites le au final que vous vous en foutez de la santé de ma fille… Bref une sortie plus que tendue et le lendemain lors de notre passage à la nurserie j’ai bien senti que la puer était briefée « cette mère est une conne ultra chiante, prends des pincettes ».

Voilà c’est ainsi que je me suis fait une amie pédiatre, moi qui ne fait suivre mes deux Ourses QUE par une généraliste et ne les amène jamais chez un pédiatre. (Tapez 4 pour mère indigne et 5 pour folle inconsciente).

  • Les sage femme

Ici, RAS, je ne sais plus combien de sage femme différentes j’ai vu mais toutes ont été très bien. Notamment la dernière qui a été un soutien et un échange très précieux dans mon duel contre la pédiatre. Je n’ai pas hésité à demander à plusieurs reprises que l’on regarde mes points. La déchirure c’est vraiment la plaie du post accouchement et la douleur m’inquiétait, je préférais donc être rassurée. Le dernier jour la très gentille SF m’a même proposé une poche de glace pour soulager la douleur et ce fut très appréciable. Il faisait tellement chaud en même temps que je ne pouvais que kiffer.

Une fois la pédiatre acariâtre partie le lundi, la sage femme est revenue pour les recommandations diverses et variées. Et là, j’ai pu faire ressortir que je n’avais pas été suivie pour l’allaitement et … elle est tombée sur le cul. Elle m’a dit « je pensais que votre allaitement était lancé, qu’une collègue s’était bien occupée de vous ». Mais marde, la montée de lait étant censée être à 72h en moyenne comment peut-on avant ce stade penser que mon allaitement roule ? On a beaucoup parlé toutes les 2, elle n’a pas pris la défense de la pédiatre mais expliqué que les sorties anticipées ne sont pas habituelles, etc. Et en échangeant avec moi, elle a pu comprendre mon point de vue quand je disais mais ici ou chez moi il n’y a pas de différence. Clairement oui, on ne s’est pas souciés de moi donc à la maison j’avais pareil ! Enfin même mieux, un mari pour me soutenir moralement et physiquement c’est parfois mieux qu’une équipe soignante.

L’échange de sortie était très agréable, j’ai énormément apprécié, on a balayé tous les thèmes concernant le bébé ou la maman, une mine d’info très précieuse qui m’a aussi permis de poser un certain nombre de questions, apprendre des choses tout ça dans un échange très plaisant, sans jugement bref je suis partie sur une très bonne note d’un professionnel de santé à l’écoute. Elle a reconnu qu’il restait beaucoup à faire pour améliorer la prise en charge sur bien des points.

Au final, vous vous en douterez je n’ai pas spécialement kiffé le séjour à la maternité qui ne m’a pas appris grand chose. Et je ne regrette pas la sortie anticipée, ce lundi soir dans ma maison je me sentais respirer, j’ai mieux dormi et j’étais bien moralement. Le lendemain, la pesée a affiché +60g pour la Petite Ourse donc carrément honorable, l’usine à boobs était bien lancée et il n’y avait pas du tout lieu de me culpabiliser sur ma capacité à nourrir ma fille… Parfois je kiffe d’avoir un sale caractère qui se laisse pas marcher sur les pieds, c’est fort utile. Par contre je précise, heureusement que tous ces échanges avec la pédiatre ont eu lieu sans la présence du Barbu car celui-ci ne m’aurait carrément pas soutenue dans mon choix et pour lui une nuit en plus c’était pas la mort.

Publicités

20 commentaires sur « Le joli séjour à la maternité »

  1. Et ben, il fut épique ton séjour …
    Ayant opté pour une sortie anticipée (et fait toutes la paperasse en amont), j’aurais du pouvoir sortir dans les 24h … c’était sans compter sur la blague de LutinCoquin, naissance un samedi = pas de sortie avant le lundi. Et je n’ai quasiment vu personne du week-end …
    Bon, ça me convenait très bien, un deuxième bébé, je voulais juste qu’on me f**te la paix 😉
    Par contre, le suivi par la sage-femme … euh … ben j’attends toujours qu’elle m’examine (y compris après que je lui ai dit que je soupçonnais un engorgement sur ma montée de lait, heureusement que je sais me renseigner par mes propres moyens …). Pas de points = aucun suivi type gynéco …

    PS: et pour les repas, j’avais prévu le coup et je me faisais ravitailler par le Breton 😉

  2. Hmmm, il vend du rêve ton plateau repas ! Les pédiâtres, dans la clinique où j’ai accouché de Kundera, étaient tous un peu timbrés ! Comme quoi… 😉

  3. « L’accompagnement » tu parles! J’ai l’impression que c’est bien partout pareil (à part peut être dans les cliniques privées?)
    Malheureusement le manque de personnel est souvent en faute.. Comme tu dis il y en des choses à mettre en place pour améliorer tout ça!
    En tous cas, tes 2 oursonnes vont bien et j’espère que les premières moments ne sont pas trop fatiguants. Plein de becots!

  4. Ah oui pas cool le bras de fer avec la pédiatre … J. est né à 16h16 le dimanche et on est sorti le mercredi matin à 11h sans problème, donc moins de 72h après … Bon il était au biberon, mais je n’ai pas l’impression que cela aurait changé quoique ce soit …
    Pour les repas je trouve au contraire que c’était trop copieux (à chaque repas, une entrée, puis féculents légumes et protéines + fromage et pain, et « dessert ») ! Et pas bon bien sûr … Je laissais toujours un peu, et complétais avec des douceurs amenées par mon mari ou mon beau-père.
    Globalement mon ressenti est le même que pour la naissance de H. : discours différents selon les personnes (puer et sage femme), pour un premier bébé cela peut être stressant pour les parents, je trouve que les équipes devraient essayer de construire un seul discours et s’y tenir …
    Bah ce n’est que trois jours dans notre vie lol …

  5. Ça me rappelle un peu le séjour à la maternité pour mon premier. Du coup je suis ravie d’être restée à la maison: des petits plats concoctés par Monchéri, une sage femme aux petits soins qui passe tous les jours au moins 1h pour vérifier que tout va bien et discuter un peu…. une pesée à la naissance, une autre à j3, aucune pression….

  6. Ils sont ultra anxiogènes avec cette histoire de prise de poids. J’en ai discuté avec plusieurs amies et connaissances et apparemment c’est assez généralisé comme discours que tu accouches dans une maternité niveau 3 ou une petite clinique. Rien à foutre que ton bébé aille bien, la norme c’est la norme…😕

    1. Mon fils ne prenait pas de poids. Qu’est ce qu’on m’a affolé et limite culpabilisé avec ça.. (vous donnez bien le sein? Vous le mettez assez au sein? Vous voulez pas donner un complément?…)
      On me le prenait pour le peser après le change, avant le change, après la tétée.. Bref, c’était à outrance!!!

      Une fois chez moi on m’a imposé la venue d’une SF pour le faire peser chaque jour.. Forcément j’ai fini par craquer et j’ai arrêté l’allaitement…

  7. et dire que chez moi on sort au bout de 6h…
    Pour info, tout est negociable pour la bouffe, suffit de parler aux diet, mais j’imagine que personne ne bosse le weekend… y’a toujours moyen de rajouter des portions supplementaires de feculents ou de desserts…

    en attendant, t’as bien fait de passer pour une mere chiante, ils avaient l’air bien relou chez toi !!!

    des bisous a la famille ourse !

  8. punaise intense ce séjour ! bon je dois être la seule alors à avoir apprécié mon séjour à la mater…hôpital public, banal au possible avec bien sûr la bouffe industrielle et les tempéraments du personnel parfois chiants mais forte du premier accouchement, je m’etais préparée (bien mieux) que pour le premier dans la mesure où globalement on sait à quelle sauce on est mangée quand on accouche…. on sait qu’on bouffe pas trop bien : l’homme ramenait des clémentines (j’ai accouché le 1er janvier) mon kiffe du moment… j’avais repéré la « salle des familles » où un micro onde était à dispo : j’allais faire mes tisanes/thés dès que l’envie m’en prenait… je m’accordais ma séance maquillage chouchoutage quand number two dormait… pour avoir ce sentiment de penser à moi et de renouer avec mon corps post partum… je me baladais dans les couloirs pour bercer bébé, voir du monde quand mon homme et mon fils n’étaient pas là…et comme je me sentais bien, j’étais zen autant avec le personnel qu’avec ma fille… et tout le monde l’a ressenti….au final j’ai bcp plus apprécié ce second séjour ; ma fille est née un vendredi soir et le dimanche soir au vu de mon état on me parle de sortie le lundi midi (moins de 72h)… j’ai refusé…. mon fils me manquait terriblement… mais j’étais bien parce que je vivais bien la situation et la raison de revenir le mardi pour le fameux test de guthrie a fait que je suis restée à la mater ; je ne voyais pas l’utilité de sortir pour revenir ; se faire ré enregistrer administrativement ; sortir bb pour rien….. a priori je suis bien la seule à l’avoir pris comme ca ce séjour ! !!!!!!

  9. C’est marrant parce que je me suis aperçue après-coup que je suis restée enfermée dans ma chambre trois jours sans sortir ne serait-ce qu’un petit orteil dans ma chambre. J’avais la sensation qu’il fallait toujours être là si jamais la SF, la puer ou le pédiatre venait à passer. Ça ne m’est pas venu à l’esprit que tant pis ils repasseraient que j’avais le droit de prendre l’air!

  10. J’avais bien noté que ton séjour à la maternité ne t’avait pas laissé un souvenir excellent… 😉

  11. piou sa me rappel mon accouchement avec mon allaitement … hahaha , ils me forcer a allaiter alors que je n’ai jamais eu de lait, la petite maigrissait a vu d’oeil, ils m’affolaient a vouloir la monter en couveuse car elle maigrisssait trop… forcément j’ai jamais eu de lait !!! ils s’en sont jamais inquietter, c’était presque de ma faute …

Socialisez avec l'Ourse : laissez un com' !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s