Publié dans Les prémices, Tentatives de déshibernation

Joies et peines d’un parcours (fin)

Il ne me reste plus que mai à raconter donc cette fois j’arrive au bout de mon récit. J’ai été bien longue et je m’en excuse mais sachez que ces longueurs c’est tout moi et que si vous souhaitez continuer à me lire, il y aura encore de nombreux (trop) longs blablas.


Arrivé fin mars, je suis perdue car ma gynéco m’a fermé le chemin et d’une façon fort désagréable en m’annonçant que le cycle suivant ne donnerait rien. A nous qui attendons depuis longtemps et sommes capables de nous faire des espoirs fous sur chaque nouveau cycle, dire que le prochain ne sert à rien c’est dur. D’autant plus que même en reprenant mon homéo, je n’avais aucune idée de combien de temps cela allait pouvoir durer.

Et puis la perspective des inséminations dans ce service a priori non francophone me stresse au possible et je me dis que c’est pas en le faisant avec autant de stress qu’on aura une chance que ça marche.

Alors avec l’amoureux, on parle un peu d’attendre. Attendre le retour en France prévu a priori pour l’été 2014. Soit encore 15 mois d’attente. Ça me semble horrible mais a-t-on le choix ?

Puis arrive le jour maudit de la trahison de celle que je croyais mon amie. Ce jour là l’amoureux ne comprend pas ma si forte réaction. Heureusement, à coté je me peux me confier à une copine. C’est une expatriée dans le même pays que moi mais nous ne sommes pas dans la même ville. Moi dans la capitale, elle dans la ville si médiatiquement connue. On s’est connues sur le fameux forum où tu vas chaque matin entrer scrupuleusement ton chiffre du jour dans l’attente que le logiciel te confirme par de jolis traits rouges que ton corps a fait son travail d’ovulation.

Elle a été super avec moi, elle que je n’ai jamais rencontrée. Elle qui rêve aussi de s’offrir ce beau cadeau qu’est la maternité. On avait déjà parlé de nos gynécos respectives et elle m’avait dit que la mienne était vraiment dépassée, me proposait d’aller voir la sienne. Elle lui avait même demandé pour moi si elle faisait les inséminations à son cabinet (et elle les fait).

Moi ça me paraissait un peu compliqué car chaque RDV voulait dire 2h30 de route aller retour et aurait obligé l’amoureux à poser des 1/2 journées à chaque fois. Hors de question en effet que je fasse la route seule, je vis dans un pays où la conduite est effrayante, au quotidien dans ma ville ça ne me gêne pas, j’adore conduire. Mais pour aller là bas c’est affronter leur autoroute à 2*6 voies et tous ses dangers.

Ce jour là, elle me reparle à nouveau de voir sa gynéco. Je crois que j’étais tellement désespérée que j’ai foncé. L’amoureux m’assure qu’il arrivera à s’organiser avec ses chefs, que ça ne sera pas un souci. (L’amoureux c’est une perle, il dira toujours oui à tout [ou presque] si cela peut me rendre heureuse; et dans ce parcours il est toujours derrière moi, rien ne l’arrête, s’il faut adopter il me l’a déjà dit, ce sera OK. Aucun blocage dans sa tête, tout coule de source, facilement, j’envie très souvent cet état d’esprit).

Décision prise, mon amie me propose même de prendre le RDV pour moi comme les secrétaires ne parlent qu’anglais. Elle est adorable et RDV est vite pris pour le dernier samedi d’avril.

Et là j’ai découvert une gynéco magique, formidable, douce, à l’écoute : une perle. Pourtant j’avais connu déjà 2 gynécos humaines et qui avaient la volonté d’être là, ne me traitaient pas comme un dossier. Mais celle-ci a quelque chose en plus.

Au premier RDV on ne fait que parler, pas d’examen. Elle me represcrit un bilan hormonal complet dont l’AMH pour laquelle je n’avais jamais eu de dosage et ma thyroïde à surveiller compte tenu des antécédents familiaux. Elle est un peu navrée quand je lui dis que j’ai eu Clomid de prescrit mais seul. Car selon elle c’est un anti oestrogène  et qui affine l’endomètre donc, seul, il ne peut pas marcher. Bon on connait toutes des cas où il a quand même fonctionné mais pas sur moi. Et puis, elle me dit clairement non de la tête quand je lui explique qu’on s’est arrêtés juste avant d’aller commencer les inséminations dans notre ville. Pour elle, on n’en est pas encore là.

Pour mon prochain cycle elle me prévoit donc le traitement de choc. Clomid + Gonal + Ovitrelle + Duphaston + Aspégic + Acide folique. La pharmacopée intégrale.

Le cycle débute, on fait la prise de sang et je commence Clomid. On la voit pour la première écho à J8. Mon bilan hormonal n’a pas changé, par contre ma thyroïde qui était dans la norme commence à être un peu haute mais elle dit que pour le moment ça ne m’empêchera pas de tomber enceinte. L’AMH est à 9.7, elle dit que c’est parfait, que j’ai de quoi faire 10 enfants. On n’en demande pas tant !

A l’écho mes follicules sont tout petits, à gauche ça ne l’intéresse pas, à droite elle en voit un. A J8 bien évidemment dans mon corps en hibernation je ne m’attendais pas à voir de follicule dominant, pour moi à J8 ça dort là dedans. Mais elle est satisfaite de ce qu’elle voit. Là où j’ai été bluffée c’est qu’elle me donne du Gonal pendant 6 jours, un dosage de 75 uI puis on se revoit et pour elle c’est sûr la prochaine fois on déclenche l’ovulation. Comment peut-elle prévoir ce qui va se passer avec autant de certitude en partant d’un si petit follicule ?

Je précise qu’elle m’a fourni le Gonal elle même. Il est introuvable en pharmacie ici comme l’était la Gonado prescrite par l’autre gynéco mais il y a des solutions, il suffit de le vouloir pour ses patientes et de s’organiser.

On l’a revue pour l’écho suivante et, comme elle l’avait si bien prévu, on a un follicule mûr de 18.5mm. J’ai beau être OPK je suis quand même l’OPK qui hiberne donc pas de multitudes de follicules chez moi, l’autre follicule qu’elle avait mesuré ne faisait que 14mm. Elle me fait elle même l’injection d’Ovitrelle et nous renvoie chez nous avec des missions à effectuer sous la couette.

Elle n’a même pas voulu me parler de ce qu’on ferait pour le cycle suivant car « vous allez être enceinte ». Oui bah la foi naïve ça marche plus sur nous, on a passé ce cap donc j’ai insisté pour savoir et elle m’a represcrit Clomid pour le cycle suivant.

Tout ce cycle de mai, je ne sais pas pourquoi mais mon état d’esprit était différent. J’étais en mode « je me laisse porter ». Et ça fait un bien fou. Je supporte tellement mal de me faire balader comme une girouette qui ne se maîtrise pas face au vent. Le cycle d’avant j’avais pyschotté car j’avais les seins hyper sensibles et puis en fait c’était juste la première fois que Duphaston me créait ce symptôme. Là, je savais bien qu’entre Ovitrelle et Duphaston il y aurait des ressentis et je me suis forcée à me dire qu’il ne fallait pas en tenir compte, que ça venait du traitement.

C’est vraiment plaisant de se laisser porter, comme si j’avais laissé mon cerveau au vestiaire. J’espère pouvoir garder cet état d’esprit à présent.


Publicités

2 commentaires sur « Joies et peines d’un parcours (fin) »

  1. Depuis 2/3 mois que je découvre les blogs de pmette, j’ai pris pour habitude de lire l’ensemble du blog puis de me faire connaître avec un petit commentaire. Mais au vu de tes premiers post, tu as l’air d’être une des plus bavardes (ce n’est pas une critique j’adore lire!). Du coup je pense que je vais commenter au fur et à mesure de mes lectures 😊.
    Je suis également OPK et ce qui m’étonne toujours c’est la différences de tableaux cliniques qu’il y a pour un même syndrome.
    Allez je retourne à la suite de ma lecture.

  2. Bonjour, j’ai un SOPK et c’est interessant de voir d’autre parcours. Moi je suis expat au Canada, traitee par un medecin Australienne et je fais beaucoup de recherche sur les sites Americains… Et a chaque fois chacun ont des approches differentes.. Je suis confuse, quelle etait la trahison par votre amie?

Socialisez avec l'Ourse : laissez un com' !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s