Publié dans La vie, Moi

Vue de ma fenêtre (2018)

En 2014 et en 2015, j’avais lancé une chaîne d’articles pour ceux qui souhaitaient participer et partager les vues de leurs fenêtres. Et ce matin, alors que je pliais mon linge (il n’y a pas que Simone qui a la passion des piles de linge), je regardais en même temps par ma fenêtre.

Comme j’aime mon jardin, c’est un écrin de verdure et c’est tellement ressourçant, zen, apaisant de regarder dehors (ou d’y être quand il fait beau!). Bref, j’ai fait la photo que voici et ai eu envie de vous proposer de rejouer. Que sont devenues vos vues depuis que quelques années ont passé ? Changement de logement, de ville ou pas du tout comme c’est mon cas ?

Merci d’admirer l’herbe fraîchement tondue par ma pomme because Barbu absent qui ne peut pas pas assurer sa part des tâches ménagères (tant pis il aura triple dose au retour).

Notre jardin est cerné de haies, dans le fond ça fait un peu la jungle et j’aimerais y remédier mais sur ce côté que vous apercevez, je n’arracherai ces plantes pour rien au monde. C’est trop agréable cet effet d’isolement que ça nous fait alors que le voisin est juste derrière.

C’est comment chez vous ? Vous nous montrez ? Taguez moi avec le lien de mon article pour que je puisse voir vos participations. Et si ça vous dit, qu’il y a assez de monde qui joue, on pourra faire des votes des plus belles vues par thème (paradisiaque, bucolique, insolite, etc).

Alors, un, deux, trois, ouvrez vos fenêtres (ou pas d’ailleurs) et prenez vos photos !

Publicités
Publié dans Dans leur bibliothèque

Dans leur bibliothèque #7

Samedi dernier, lors de notre passage à la bibliothèque, il y avait un thème présenté avec plein de livres mis en avant. Ce thème était celui des ours dans la littérature. Alors, ça tombait bien et ça m’a évidemment beaucoup intéressée. Parmi la sélection, nous en avons emprunté un dont l’intérieur m’a de suite plu. Je vous le présente aujourd’hui.

Comme le titre l’indique, c’est l’histoire d’un Ours blanc qui a perdu sa culotte. Aidé d’une petite souris, il va partir à sa recherche.

Le livre est présenté avec des trous, on voit les petites culottes les unes après les autres puis, en tournant la page, on découvre qui la porte.

Les textes évidemment reviennent souvent à l’identique puisque la petite souris pose toujours la même question : est-ce ta petite culotte ? Et à la fin, l’ours se rend compte en fait qu’il n’a pas perdu sa culotte, elle est bien sur ses fesses mais si blanche qu’il ne la voyait plus !

C’est un livre qui a aussi bien plu à la Petite Ourse (22 mois) qu’à sa grande sœur (presque 4 ans). Il est suffisamment simple pour que la Grande Ourse ait pigé le principe de l’histoire avant même que j’ai lu le livre une fois. Et après l’avoir feuilleté simplement une fois, elle avait déjà mémorisé quelle culotte était celle de quel animal !

Publié dans La vie, Les autres

Bonne fête des mères quand même !

Avec ce titre, je vous préviens, article en mode aigrie. Si vous êtes sur un mood bisounours, vous pouvez sauter la lecture de la suite de l’article sans souci.

Sauf si vous vivez dans une caverne, ce qui est quand même parfois mon cas en tant qu’Ourse, vous n’avez pas du louper la date clé que nous sommes aujourd’hui. Alors vous avez complètement le droit de n’en avoir rien à faire mais force est de constater qu’il est difficile de ne pas voir le rabattage incessant autour de cette fête des mères (quoi que certains hommes arrivent encore parfaitement à le zapper). Cette fête des mères se célèbre donc aujourd’hui dimanche 27 mai. Du moins en France, pensées pour nos copines belges, canadiennes et sans doute d’autres qui ont déjà fêté ce jour il y a quelques semaines.

Alors je pars mal du côté de mon éducation car ma mère n’aimait pas cette fête. Elle préférait avoir des enfants gentils toute l’année, disait-elle. Aujourd’hui maman, j’aimerais bien cela aussi mais c’est une sacrée utopie. Je suis maman depuis bientôt 4 ans et je dois vous avouer que non je n’ai jamais eu de cadeau à cette fête ! Parce que mon mari est un ours peu attentionné qui se fiche de ça (si encore j’avais déjà des cadeaux dignes de ce nom à mon anniversaire et à Noël…) et parce que la crèche ne faisait (et ne fait toujours pas) de cadeau. Et je vais peut être vous surprendre mais ça ne me choque pas ! Ce n’est pas forcément leur rôle de faire cela et il y a toujours, je trouve, un énorme risque de faire participer un groupe d’enfant à l’élaboration d’un cadeau pour la fête des mamans puis la fête des papas. En effet, on adopte comment quand un enfant a 2 mamans ou 2 papas ? Et quand l’un d’eux n’a qu’une maman, qu’un papa et pas d’autre parent ? Ce sont des situations bien délicates devant lesquelles je veux bien comprendre qu’on ne prenne pas de risque en ne faisant rien de particulier avec l’enfant.

Et bien, cette année, je vais encore plus aller vers ce discours du « pas de cadeau plutôt que de blesser ». Car cette année, à l’école, ma Grande Ourse a créé une petite carte. Dont j’ai entendu parler la semaine avant, il est difficile de faire comprendre aux enfants de garder la surprise. Rentrés avec ce présent vendredi soir, je devais l’ouvrir de suite sinon elle s’en serait chargée elle même. Alors puisqu’elle n’a encore que 4 ans (enfin les aura bientôt), je n’allais pas insister sur le principe de la date, ça n’a pas beaucoup d’importance.

Et le déballage du présent est venu s’ajouter à une journée où tu fais plein de démarches qui se soldent par un mur. C’est pas exprès, j’avais déjà eu mon lot de nouvelles bien relou dans la journée. C’était juste pas le bon jour quoi !

Et je déballe une petite carte personnalisée au recto ainsi qu’une petite création avec un cœur à suspendre. Je ne vais vous montrer que le dernier élément, le poème qui se trouvait au dos de la carte. Qui vaut malheureusement bien tous les mots.

Et là …. plus trop de mots… Ou alors nettement trop…

Effarant.

Désolant.

Stop clichés.

Blessant.

Navrant.

Choquant.

 

Bref, merci maîtresse mais tu vois avec le recul je préfère NE RIEN AVOIR que de lire un message aussi NUL en 2018. Et si tu pouvais m’éviter de pleurer en cette journée qu’on a mis plusieurs années à obtenir quand il ne faut à d’autres que 9 mois ou un chouia plus, ce serait parfait.

Pensées à toutes celles qui ont encore la peine sur le cœur et qui sont les cibles involontaires de la maladresse de cette journée. Je vous embrasse fort.

Publié dans Dans leur bibliothèque

Dans leur bibliothèque #6

Cette semaine, je vous présente un album que la Grande Ourse a eu pour ses 3 ans parce qu’il y a un éléphant sur la couverture et qu’elle avait demandé un éléphant. Oui les parents respectent un peu bêtement la « liste de courses », sauf que, comme l’éléphant dans le jardin ça le faisait moyen, on a opté pour une solution de facilité.

C’est un livres paru aux éditions de la Langue au chat (j’adore le nom!) : Devine qui est le suivant ?

C’est un livre qui se révèle interactif et éducatif, il va permettre à l’enfant de mémoriser les noms des animaux mais aussi de porter son attention sur les images pour les rechercher, en effet à chaque nouvelle page, un animal s’en va et d’autres arrivent. On voit les animaux entrants et sortants coupés sur les bords gauche et droit des pages. Du coup il faut reconnaître l’animal qui part / arrive en ne voyant qu’une petite partie de son corps.

Et personnellement, ce que j’aime beaucoup également c’est qu’à chaque présentation des animaux qui arrivent, la phrase a une jolie rime et est toute poétique, c’est un vrai plaisir à lire à voix haute.

 

La fin est toute mignonne également, les animaux s’enfuient.

Publié dans DIY, Elles

Le mercredi des petits #9

Bonjour ! On reste toujours dans le thème de Pâques aujourd’hui avec 2 nouvelles activités testées avec ma Grande Ourse. Après tout ça, on sera vraiment parés pour la chasse aux oeufs.

Première activité : la réalisation de petits poussins en laine.

Le matériel :

  • une pelote de laine jaune
  • des yeux à coller
  • un papier cartonné orange
  • du carton
  • des ciseaux
  • de la colle

Découper dans un carton des formes ovales qui serviront de support. J’ai utilisé la feuille verte que vous voyez sur la droite car il s’agit de papier bien rigide. Ne pas hésiter à prendre carrément du carton en découpant dans un emballage de colis, de boite de céréale ou autre, il faut que ce soit vraiment rigide.

On entoure tout le carton avec la laine jusqu’à le recouvrir complètement.

Photo très floue car Grande Ourse en action

Ce n’est pas super facile pour l’enfant de faire ça, il vaut mieux que vous commenciez vous même car il faut coincer un peu le fil. Après ils peuvent prendre la main facilement et même s’ils ne serrent pas bien le fil ça ne se verra pas trop une fois que vous aurez remis quelques tours bien serrés par dessus. Ne faites pas des formes trop grosses car c’est assez long et les enfants se lassent vite. J’ai beaucoup plus enroulé la laine que la Grande Ourse au final.

Ensuite vous collez les yeux et le bec et pattes que vous découperez dans le papier cartonné orange.

 Le collage est un peu ardu car la laine ça n’adhère pas très bien et que la surface n’est pas plane. J’avais pris à la base une colle dédiée aux tissus, je trouvais que ça n’était pas top donc j’ai sorti la colle multi supports. J’ai finalement mis un peu des 2 à chaque fois et ça a tenu !

Une fois ces éléments collés, on a obtenu notre petite famille poussins.

J’ai accroché ensuite un brin de laine derrière chacun pour pouvoir les accrocher et hop, le tour est joué !

Le debrief !

Est-ce que cette activité a plu ? La Grande Ourse (et la Petite aussi finalement) ont adoré le résultat.

Est-ce que c’est adapté à son âge ? Oui et non. Ce n’est pas si simple pour elle d’entourer la laine autour du carton et ça l’a vite lassée. Et le collage a été réalisé par mes soins vu que la surface était pas facile à travailler.

Est-ce que c’est long à réaliser ? Pas trop à condition de ne pas partir sur de trop gros poussins.

Deuxième activité : idée piquée chez ma copine Zapette, le panier à oeufs

Zapette avait proposé ça chez elle et j’ai adoré l’idée donc lorsque j’ai vu un kit par hasard pour faire la même chose, je n’ai pas hésité à l’acheter d’autant qu’il ne coûtait que 3€ (trouvé chez Gifi pour ma part mais d’autres magasins en vendent).

La Grande Ourse a donc pu s’essayer à … la couture ! Car au final cela revient bien à ça puisqu’il faut assembler les éléments à l’aide d’un fil et d’une aiguille. L’aiguille est souple, assez grosse pour mettre très facilement le fil et toutes les formes sont prépercées donc ce n’est pas difficile à réaliser. Enfin, pour nous mais pour un enfant c’est loin d’être simple. Il faut leur dire dans quel trou passer à chaque fois et finalement c’est moi qui ait assemblé le petit panier en totalité. Ça m’a d’ailleurs pris une bonne heure !

Ensuite, il y a quelques petites formes à coller pour finaliser, la Grande Ourse a donc plus mis la main à la pâte sur cette courte partie.

Une fois fini, je trouve ça très mignon !

Le debrief !

Est-ce que cette activité a plu ? C’est pas tellement adapté, acheter le panier tout fait aurait eu tout autant de succès.

Est-ce que c’est adapté à son âge ? Pas vraiment, je pense qu’il vaut mieux attendre 5/6 ans pour faire ça. Mais personnellement j’ai adoré l’idée de ce petit panier fait main et si vous êtes prêts à le réaliser vous mêmes, je trouve que c’est très sympa pour le prix payé.

Est-ce que c’est long à réaliser ? Une heure minimum tout de même.